Débat citoyen sur le chlordécone

La pollution à la chlordécone localisée essentiellement sur le sud Basse-Terre constitue, par son ampleur et sa persistance dans le temps, un enjeu sanitaire, environnemental, agricole, économique et social majeur. Les services de l’État en charge du dossier chlordeìcone seront présents à la Mairie de Trois-Rivières dans le cadre d’un Débat citoyen Vendredi 25 janvier 2019 entre 16 heures et 19 heures. Ce dernier a pour but d’informer et d’accompagner les consommateurs et les producteurs de denrées végétales et animales sur les moyens à mettre en œuvre afin de réduire les risques d’exposition à la chlordécone. Afin de répondre aux fortes préoccupations de la population, Monsieur Jean-Louis Francisque, Maire de Trois-Rivières invite les administrés à venir s’informer sur cette problématique. Petit retour sur les 3 plans chlordécone mis en place par l’État depuis 2008.

Les plans chlordécone I (2008-2010) et II (2011-2013)

290482_fag_13407_08_02_03En réponse aux craintes de la population, le gouvernement français a mis en place d’importants moyens pour répondre à cette situation de pollution à travers deux plans:

  • Un premier plan d’action national (2008-2010) d’un montant dégagé par l’Etat d’environ 33 millions d’euros (20 M€ Etat, 10 UE et 3 collectivités locales)
  • Un deuxième plan d’action (2011-2013) d’un montant dégagé par l’Etat d’environ 31 millions d’euros (dont environ 22 millions pour l’Etat).

Ces deux plans ont permis une mobilisation renforcée des services de l’État et de différents opérateurs (organismes de recherche nationaux et régionaux, laboratoires d’analyse, Chambre d’agriculture et organisations agricoles, Comités régionaux des pêches maritimes et des élevages marins, Agences Régionales de Santé, …) au niveau national et régional.

À travers ces deux plans, l’action de l’État et de ses opérateurs s’est principalement déployée dans cinq directions :

  • L’amélioration des connaissances sur les aspects suivant : caractéristiques de la molécule chlordécone, caractérisation de la pollution et de son évolution (notamment à travers des outils cartographiques), transferts de la molécule dans les écosystèmes naturels (terrestres et marins) ou agricoles, effets de l’exposition à la chlordécone sur la santé des personnes et études épidémiologiques, caractérisation de l’exposition des populations (habitudes alimentaires et contamination des denrées alimentaires).
  • La protection des populations à travers des plans de contrôle du respect des normes de contamination des denrées alimentaires ;
  • Le développement et le renforcement de moyens régionaux de mesure (laboratoires d’analyse) ;
  • La sensibilisation de la population à travers des actions de communication et à travers le programme JAFA (JArdins FAmiliaux).
    TROISRIVIERES_cle8521d1

    Carte de la pollution des sols sur la ville de Trois-Rivières

Le plan chlordécone III (2014-2020)

Le bilan des deux premiers plans chlordécone et une évaluation de la situation des territoires de Guadeloupe et de Martinique ont mené à la mise en place d’un troisième plan, annoncé par le Premier ministre lors de sa venu en Guadeloupe et en Martinique du 26 au 29 juin 2013. Le plan chlordécone III (2014-2020), qui est le fruit du travail associant un ensemble d’acteurs, a été œuvré à partir de janvier 2015.

Ce plan a pour objet de poursuivre les actions engagées pour protéger la population  (surveillance et recherche) mais aussi d’accompagner les professionnels fortement impactés par cette pollution, notamment les pêcheurs du fait de la diffusion de cette molécule dans l’espace maritime. Il s’agit également de créer les conditions pour développer la qualité de vie des populations sur le plan économique, sanitaire, social et culturel.

Le troisième plan chlordécone vise à passer d’une logique de gestion de court terme des effets collatéraux de la pollution à une véritable logique de long terme de développement durable des territoires, avec la problématique intégrant la chlordécone.

Le plan chlordécone III comprend quatre axes :

  • le premier axe a vocation à élaborer une stratégie de développement durable dans l’objectif d’améliorer la qualité de vie des populations et de permettre la modification rationnelle des comportements. Il met l’accent sur la communication et le partage d’information entre les acteurs. Il prévoit notamment l’élaboration de chartes patrimoniales (charte signée en Martinique, charte en cours d’élaboration en Guadeloupe) ;
  • le deuxième axe favorise une approche de prévention du risque sanitaire et de protection des populations dans une stratégie de réduction de l’exposition. Il a pour objectif  d’améliorer et de rendre durable les actions de surveillance des denrées, en communiquant sur les résultats de cette surveillance, à initier de nouvelles études sur l’impact sanitaire de cette pollution pour compléter celles menées dans le cadre du deuxième plan et pour répondre aux interpellations  de la population ;
  • le troisième axe est consacré aux actions de recherche qu’il faudra soutenir et développer selon quatre grands domaines : santé humaine, santé animale, environnement (air, eau, sols, plantes) et sciences humaines, économiques et sociales ;
  • le quatrième axe répond aux enjeux socio-économiques induits par la pollution par la chlordécone et vise à accompagner les professionnels de la pêche et de l’agriculture dont l’activité est impactée par cette pollution. Des actions sont mises en place pour répondre au mieux aux attentes des professionnels de ces deux types de filières. La pêche est le principal secteur d’intervention de ce troisième plan (plus de 20% des crédits pour 2014-2016).

la communication autour des actions du Plan à été renforcée en 2018, avec :

  •  Février 2018 : mise à disposition des derniers résultats d’études avec animation d’un évènementiel régulier sur la page Facebook  et twitter  de la préfecture et ceux des partenaires.
  • Février 2018 : détermination de nouvelles modalités de communication régulière vers la société civile : pédagogiques, efficaces et utiles.
  •  Mars 2018 : mise en ligne des connaissances cartographiques à la disposition de tous.
  •  Avril 2018 : communication dédiée sur les plans de contrôle et de surveillance des denrées alimentaires.
  •  Octobre 2018 : organisation d’un colloque scientifique du 16 au 19 octobre 2018 et d’un colloque grand public en Martinique et en Guadeloupe pour faire le point et communiquer sur les connaissances acquises financé sur le PITE pour un budget de 140 000 €.

 

GUADELOUPE_cle0d1ba4

Carte de la contamination des sols sur l’ensemble du territoire

Téléchargez la plaquette « Plan Chlordécone » en cliquant ici

*Source Préfecture Guadeloupe

*Source daaf Guadeloupe

Translate »