Commémoration de la mort du Capitaine Moïse Bébel, petit retour sur sa vie…

capitaine moise bebel

Le capitaine Moïse Bébel a été décoré de la Légion d’Honneur, de la Croix de Guerre et plusieurs médailles de campagne

Comme chaque année, la ville de Trois-Rivières rend hommage à l’un de ses enfant tombé au combat : Le capitaine Moïse Bébel. Une cérémonie est prévue à l’occasion du 76ème anniversaire de sa mort, vendredi 10 juin 2016 à 16h30. Le Général (2S) Faidherbe Bourgeois, président de l’AAOM/ACTDM ainsi que la Section des Anciens Combattants de Trois-Rivières seront présent autour du conseil municipal afin de marquer l’événement.

Programme

  • 16h30 : Accueil des invités à l’Hôtel de ville
  • 17h00 : Départ du défilé vers le Monument aux morts
  • Montée des Couleurs au Monument aux Morts
  • Lecture du mot écrit par le Général Bourgeois
  • Dépôt de gerbes
  • Sonnerie aux morts
  • Retour en ordre de défilé à l’Hôtel de ville
  • Pot de l’amitié offert par la Collectivité

Qui est Moïse Bébel ?

moise bebel1

Taillé comme un athlète, artiste et poète à ses heures, ses compagnons d’armes le surnommaient papa

Moïse Bébel est né à Trois-Rivières, le 29 mai 1898. Scolarisé à l’école du bourg, il réussit son certificat d’études à l’âge de 12 ans. Il entre ensuite au Cours supérieur de l’École primaire de Pointe-à-Pitre et obtient son brevet élémentaire en 1915. Avide de connaissances, il fréquentera le Lycée Carnot en auditeur libre. En mai1917, il quitte son poste d’instituteur à Sainte-Anne pour rejoindre le bataillon de la Martinique. Il se distingue une nouvelle fois en se plaçant parmi les premiers au peloton des élèves caporaux. Sa carrière militaire le mène à parcourir l’Empire colonial notamment à Strasbourg en qualité d’officier d’ordonnance du Général Reibel. Après l’armistice, il entre à Saint-Maixent et en sort sous-lieutenant, deuxième de sa promotion (200 élèves). Quand éclate la 2ème guerre mondiale, il est Chevalier de la Légion d’Honneur et capitaine adjudant major au
24ème régiment des tirailleurs sénégalais (RTS).

Il combat l’Allemagne nazie.

Le 11 juin 1940, les Allemands attaquent le secteur gardé par la 4e Division Coloniale dans la Somme. Les combats meurtriers se succèdent, mais les tirailleurs, galvanisés par le Capitaine
Bébél, opposent une farouche résistance ; Les allemands subiront d’importantes pertes. Submergés par le nombre, privés de renforts et de munitions, les tirailleurs tiennent avec l’énergie du désespoir. Les allemands parviendront finalement à enfoncer le front de la 4e Division Coloniale.  Le Capitaine Bébel, grièvement blessé, gît au milieu de ses hommes. Les Allemands, réalisant qu’ils avaient eu à faire à des troupes noires les exécuteront sauvagement, qu’ils soient blessés ou valides.

Moïse Bébel meurt glorieusement à Équinvilliers (Oise) à l’âge de 42 ans.

Il savait, en allant au front, qu’il combattrait non seulement un ennemi de la France, mais aussi un adversaire qui a juré l’extermination de races « inférieures », l’extermination de la race noire.

Le Capitaine Bébel n’a pas été une victime de la guerre : Lui ainsi que ses compagnons d’armes de couleur ont été victimes du racisme.

bébel_Comm

 

Translate »