Bonnes pratiques et consignes sanitaires après un phénomène cyclonique

Le passage d’un cyclone peut entrainer des perturbations sur la qualité de l’eau distribuée par les réseaux d’eau. Si vous jugez qu’à son retour l’eau à une couleur, une transparence ou un goût inhabituel, ne la consommez pas pour les usages alimentaires (boisson, cuisine, lavage des dents) réservez la pour les usages sanitaires (chasse d’eau, machine à laver, toilette). Au cas ou les perturbations sur la distribution de l’eau seraient trop longues et qu’elles vous amèneraient à utiliser d’autres type d’eau voici les précautions à prendre pour désinfecter l’eau.

L’ARS rappele les consignes à respecter pour protéger la santé des populations après un phénomène cyclonique compte tenu des potentiels risques sanitaires directement ou indirectement en rapport avec :

  • Les interruptions de l’alimentation en eau, en électricité
  • La présence de débris, d’objets coupants et tranchants
  • La présence d’eaux sales, boueuses, parfois stagnantes
  • La présence de déchets

On peut citer :

  • Les maladies infectieuses liées à la consommation de l’eau : gastro-entérites (diarrhées et vomissements avec ou sans fièvre), survenant un peu à distance du cyclone (durée d’incubation) – hépatite A
  • Aux baignades en mer après le phénomène..
  • Celles qui sont liées à la déambulation dans des eaux sales et contaminées par des agents pathogènes, et y sont particulièrement sensibles les personnes qui ont des infractions de la peau (égratignures, plaies, peau qui a trempé longtemps dans l’eau et qui est préparée à l’introduction des germes) – LEPTOSPIROSE, TETANOS
  • Des maladies en rapport avec la prolifération à moyen terme de moustiques et autres vecteurs tels que les rats : LEPTOSPIROSE

Et puis il y a aussi ces maladies qui sont de mieux en mieux décrites telles :

  • les décompensations psychologiques,
  • les ruptures dans la continuité des soins du fait des perturbations dans l’accès ou l’organisation des soins – INSUFFISANTS RENAUX (et dialysé), les DIABETIQUES, les HYPERTENDUS…

l’ARS insiste sur ces quelques messages simples (et souvent de bon sens) :

  • l’eau du robinet après un tel phénomène climatique n’est pas potable. Ne consommez que de l’eau embouteillée. Si vous n’en avez pas, faites bouillir de l’eau claire pendant 5 mn en la couvrant pour son utilisation à des fins alimentaires
  • se laver fréquemment les mains surtout quand on porte un aliment à la bouche (eau et savon), faites bien cuire les aliments, lavez les fruits
  • Porter des vêtements longs et couvrants pour éviter d’être blessé, d’être piqué par les moustiques, utilisez des répulsifs
  • Lors de vos travaux de nettoyage, de déblayage, porter des gants et des bottes
  • Vérifiez vos carnets de vaccination, consultez un professionnel de santé si vous ne le savez pas ou si vous pensez ne pas être à jour de vos vaccinations

En complément, ce que fait l’ARS en partenariat étroit avec les instances nationales et la CIRE :

  • Sensibiliser les lieux de soins sur la détection précoce et le traitement précoce
  • Assurer un relevé des syndromes relevés par les médecins de ville (sentinelles) – fiche de recueil (épidémiologistes de la CIRE)
  • Faire intervenir la CUMP dès que le besoin se fait sentir (équipe en renfort), CMP….
  • En lien avec les médecins libéraux, un numéro a été ouvert et animé par eux, l’ADGUPS, en vue de régulation des appels de personnes hébergées au centre de l’aéroport, ouvert de 8h à 16 heures : 0805 835 971

La vigilance est de mise…

Translate »